Le rectangle amoureux

En 2010, j’ai rencontré un garçon sur le merveilleux (sarcasme) site de saguenay web. Appelons le Pierre. Pierre avait 26 ans, moi 20. Il était pompier militaire, venait d’Ottawa et semblait avoir des valeurs correctes.

 

Je suis vite tombée amoureuse de Pierre. Pis c’est un peu de sa faute. Parce que m’attacher n’était pas dans mes plans initiaux. Mais quand il m’a avoué ses sentiments je me suis dis que ce pourrait être un belle chose lui et moi.

 

Je me suis donc ouverte à Pierre, à mon plus grand désespoir.

 

Ce gars-là a causé une sérieuse brèche dans ma confiance en l’humain mâle.

 

Dans les trois premiers mois de notre lamentable histoire, il a mis une fille de sa ville natale avec qui il était en couple quand il retournait là-bas, genre, enceinte. Elle s’est fait avorté. C’est à ce moment-là que j’ai connu son existence alors moi j’étais fâchée. Pis triste.

 

Quelques semaines après, je me suis rendu compte qu’il fréquentait une fille de militaire de presque 10 ans de différence avec lui, qu’il continuait de voir et d’entretenir celle d’Ottawa et qu’il était malgré tout, toujours avec moi.

 

Oui je sais, mon jugement était pas yable et j’aurais du quitter la partie bien avant que ça en vienne là.

 

La deuxième fille est aussi tombée enceinte et s’est aussi fait avorté. Durant cette période là, la fille d’Ottawa l’a lâché et a communiqué avec moi pour m’expliquer leur histoire et s’enquérir de la mienne et de celle de l’autre d’ici.

 

Écoute, c’tais toute une logistique son affaire, à Pierre.

 

J’ai de la difficulté à figurer comment il faisait pour féconder deux autres filles alors que j’avais l’impression qu’il était toujours avec moi. C’tait un professionnel qui avait plusieurs années de peaufinage de technique, j’imagine.

 

J’ai finit par m’ouvrir les yeux pour de vrai et le lâcher. J’ai été longtemps en beau maudit après lui. Pas un «longtemps» calculé en semaines ou en mois mais plutôt un «longtemps» calculé en année. Je pense que j’avais jamais eu autant de peine pour un garçon. Le sentiment ‘’se sentir comme une merde’’, je le connais bien. J’ai su en sneakant son facebook qu’il s’est marié l’année suivante avec la fille de militaire. Y’a donc une fille du trio qui ne s’est jamais ouvert les yeux.

 

Blâmons la jeunesse.

 

Samedi matin, je suis montée chez une amie à Péribonka. À un moment donné, sur la route, je suis comme devenue v r ai m e n t fâchée. Pour aucune raison là, de la musique douce jouait, il faisait beau, il n’y avait pas de chauffard sur la route. Zéro raison j’te dis. Ça a finit par passer après trois ou quatre cris (lire ici l’action de crier et non de sacrer). J’ai passé une belle journée à la plage, un bon souper pis toute pis toute. En me réveillant le lendemain matin, ultra tôt, j’ai ouvert mon Tinder. Pour genre voir ce qui était offert dans cette partie-là de la map.

 

Bin cris. Pierre est apparut. Pierre était à 32 km. Pierre était là où j’étais devenu vraiment en colère mystérieusement.

 

Il faut savoir que Pierre vit actuellement à l’autre extrémité du Canada. Les chances de croiser Pierre sont donc de même grandeur que de se faire bouffer par un requin blanc dans le Lac Saint-Jean.

 

Quelques vérifications facebook plus tard, je réalise qu’ils sont dans la région pour leur baby shower, et qu’il fait du Tinder. Pour les néophytes, Tinder est une application de rencontre charnel ou bien de rencontre tout court, pour évoluer en relation sérieuse selon le taux de connection avec la personne.

 

Fek lui, il est là-dessus, pendant qu’un foetus pousse dans l’ventre de sa blonde. Euh pardon. Sa femme.

 

Quand t’es un trou d’cul, t’en es donc un toute ta vie.

 

 

Cela m’amène à me questionner sur la capacité d’un garçon à réserver l’exclusivité de ses sentiments amoureux et le contenu de ses bobettes à une seule fille. Ça se peux-tu ça? C’tu une utopie? Les garçons ont-ils à ce point peu de confiance en eux qu’ils ont besoin de tester leurs performances et leur attractivité sur un plus grand échantillon possible? Sont où les Noah et les Sam Wheat de ce monde?

 

Aujourd’hui j’ai de la difficulté à tomber amoureuse. Ça arrive que j’éprouve des sentiments. Mais j’ai une carapace en Kevlar©. Je prends du temps à me révéler et à exposer le contenu de mon p’tit cœur. Alors même les gars les mieux intentionnés quittent le navire et préfèrent aller nager avec les requins.

Publicités

Une réflexion sur “Le rectangle amoureux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s